Sud-Kivu : Un député provincial dénonce l’exploitation illégale du bois rouge dans la forêt Achiba à Fizi

Le président de la commission Environnement  de l’Assemblée provinciale du Sud-Kivu, le député Alimasi Malumbi Matthieu a tiré jeudi 18 octobre 2019 sur le danger de l’exploitation illégale à grande échelle du bois rouge dans la forêt Achiba et Echebo à Lubonji dans le territoire de Fizi.

A l’en croire, ces forêts se trouvent en secteur de Nganja dans le groupement de Basikasilu. Selon cet élu de Fizi, des particuliers, sociétés et compagnies acheminent chaque jour des tonnes du bois rouge vers des pays limitrophes.

« nous sommes désolés de ce qui se passe à Fizi dans le cadre de la protection de l’environnement. Des particuliers, sociétés et compagnies vont à Fizi couper les arbres en désordre ; et surtout il y a une espèce d’arbre appelée bois rouge très recherché ailleurs dans la commercialisation industrielle. Ils acheminent des tonnes d’arbres chaque jour vers la Tanzanie et le Burundi. Ces forêts sont exploitées par la société Muungano basée à Lubumbashi mais qui envoie ses émissaires dans le Sud-Kivu. Ces derniers passent par Kalemie ou Baraka », a déclaré à L’essentiel le député Alimasi Mathieu.

Le président de la commission Environnement  de l’Assemblée provinciale du Sud-Kivu estime que seule la conscientisation de la population locale peut l’aider à détecter les détenteurs des vrais et faux documents.

« nous, en tant qu’élu de ce territoire, allons conscientiser les responsables et les autorités, donc les kapita et les chefs coutumiers. Nous devons leur dire d’être attentifs avec ces documents que nombreuses personnes détiennent. Nombreux d’entre eux possèdent des faux documents mais aussi il y a ceux qui possèdent des vrais documents, or les détenteurs de ces vrais documents ne remplissent pas les conditions contenues dans les documents. Un exploitant forestier doit avoir un cahier de charge qu’il a signé avec la communauté ou la population locale. Il a le devoir d’assister cette population, soit par la construction d’une école, soit des centres de santé ou l’approvisionnement en médicaments », a-t-il ajouté.

Au chapitre des pistes de solutions, l‘élu de Fizi insiste sur une action coordonnée entre sa commission et la coordination provinciale de l’environnement.

« La commission de l’environnement de l’Assemblée provinciale du Sud-Kivu va entrer en contact avec la coordination provinciale de l’environnement au niveau de la province qui livre ce document pour voir dans quelle manière on peut aider la population de Fizi par rapport à l’exploitation des bois rouges que moi j’appelle illégale », a-t-il conclu.

Natasha Balegamire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *