Sud-Kivu: les relations entre les médias et les services de l’Etat au coeur des discussions ce vendredi à l’hôtel Touriste à Bukavu

La Centrale de Monitoring des Médias à travers le consortium UNPC-CSAC met au tour d’une même table ce vendredi 21 août 2020, les journalistes et les responsables des services de l’Etat. Au menu, “les relations entre les médias et les services de l’Etat dans le Sud-Kivu.

Plusieurs interventions sont à l’ordre du jour. notamment celle du Gouverneur de la province du Sud-Kivu ou de son représentant autour du thème “l’apport des médias dans l’action gouvernementale en province: collisions et espoirs au Sud-Kivu”.

A son tour, le procureur Général au Parquet de Bukavu prendra la parole pour tabler sur “la citoyenneté responsable des médias et des journalistes: comment la justice peut-elle aider les médias à accéder à l’information et jouir de la liberté d’expression?”.

il y aura également l’intervention de la présidente intérimaire de la société civile placée sous le thème ” le rôle des médias dans les organisations de la société civile et vice-versa: comment les Osc accompagnent les médias?”.

Ce n’est pas tout, un expert planchera sur ” l’analyse socio-juridique du conflit éventuel entre média et Etat: tentative des solutions heureueses et durables.

Le clou de ce café de presse sera la sempiternelle question controversée des “taxes , redevances et impôts auxquels sont assujettis les maisons de presse en province: mécanisme de prélèvement, recouvrement et échéancier”. Un exposé qui sera donné par le chef de Division DGRAD ET DPMER.

Suivront enfin, les échanges, recommandations et les mots de clôture de l’UNPC, CSAC et du Gouverneur ou son représentant.

Ce café de presse qui s’ouvre sous les coups de 09h30 locales se tient à l’Hôtel Touriste à un jet de pierre de la célèbre Place Mulamba, au quartier Nyalukemba dans la commune d’Ibanda.

Pour rappel, le 21 juillet 2020,  L’UNPC section Sud-Kivu a désavoué le chef de division a.i de la Communication et Médias, dans un point de presse exigeant son départ dans 72h. L’UNPC lui reproche de museler la presse et exercer des pressions sur les journalistes et médias de la province du Sud-Kivu tout en ajoutant des impôts non reconnus par le gouvernement.

Réagissant dans une correspondance adressée au chef de l’Exécutif provincial du Sud-Kivu, la Division provinciale de la Communication et Médias a balayé d’un revers de la main les allégations de surtaxation des médias qu’elle qualifie des “griefs mensongers qui n’ont aucun fondement légal ni déontologique”.

Cet organe technique du ministère provincial de la communication et médias estime que son accusatrice l’UNPC vend au “public la non maîtrise des textes réglementaires qui régulent les taux des droits, taxes et redevances dus au trésor public et à la province”.

Eugide Abalawi Ndabelnze

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *