Sud-Kivu : “Comment contourner les 3 à 5 ans d’expériences Professionnelles”, au cœur d’un Séminaire de Formation Humanitaire à Bukavu du 29 au 30 Novembre 2019

Les rideaux du Séminaire de formation organisé par l’ONG International Training Center sont tombés le samedi 30 Novembre 2019. Tenu dans le nouveau bâtiment de la Manne à Nyawera à Bukavu, capitale de la province du Sud- Kivu cette activité a été prévue à l’intention des chômeurs, des étudiants, des professionnels et toutes les personnes désireuses d’élargir leurs connaissances et aptitudes dans le processus de l’employabilité. Ce séminaire de haute porté a été placé sous le thème : « Comment contourner les 3 à 5 ans d’expériences professionnelles » comme le précise FABRICE DACRUZ Coordonnateur de l’Organisation.

« Le séminaire qu’on a organisé du 29 au 30, a parlé sur les différents outils de communication personnelle c’est-à-dire comment un chômeur, un demandeur d’emploi ou quelqu’un qui vient de quitter l’université peut contourner les 3 ou 5 ans d’expériences professionnelles qu’on exige sur le terrain. Au Congo, il y a un sérieux problème de chômage et parmi ses causes nous avons souvent ce qu’on appelle l’inadéquation entre la formation universitaire et le besoin de l’employeur. C’est-à-dire, ce que l’employeur demande n’est pas ce que l’université déverse sur le marché de l’emploi. Ainsi donc, lorsque nous arrivons sur terrain ça pose beaucoup des problèmes.  C’est pourquoi International Training Center a proposé organiser cette formation afin d’outiller le public et particulièrement les chômeurs et les jeunes universitaires afin de contourner cette réalité que nous vivons dans notre société Congolaise ». Conclut-il.

Signalons qu’il a été dans le cadre de ces deux jours de formation, hormis la thématique sur les outils de communication personnelle, abordé les sujets sur la confection du cv, la composition d’une lettre de motivation et les techniques d’interview mais aussi la problématique sur les domaines de contreperformance qui sont ceux pour lesquels nombreux des candidats sont limités pour accéder à l’emploi. C’est ainsi qu’il a été recommandé aux participants, particulièrement aux jeunes de faire des formations que nous leurs proposons car notre structure est dotée des plusieurs experts et formateurs qui travaillent dans le secteur humanitaire lequel a plus besoin d’un personnel formé et non sur la fonction publique qui exige souvent des diplômes pour être embauché. Pour couronner la formation, des brevets de participation ont été remis à une trentaine des lauréats pour faire valoir leur connaissance.

SARAH KAPUKU.

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *