D’après le comité de politique monétaire de la Banque centrale du Congo qui s’est réuni en date du 10 janvier 2020, l’exécution des opérations financières de l’Etat s’est soldée par un déficit annuel de 564,8 milliards de Cdf (327,4 millions usd au taux de change de 1725cdf/usd au 31 décembre 2019).

Selon les statistiques de la Banque centrale du congo, il y a un déficit du compte général du trésor par rapport au niveau précédent soit, 2032 milliards de cdf(121,3 millions usd au taux de 167cdf/usd.

Donc, il y a lieu de constater que le déficit annuel a connu une augmentation d’environ 63% à fin 2019.Ce déficit du compte général du trésor se justifie par le déséquilibre constaté dans l’exécution des prévisions budgétaires de l’exercice clos.

Les recettes publiques se sont établies à 7008,2 cdf milliards en 2019 contre 7086,6 milliards de cdf en 2018. Et les dépenses se sont chiffrées à 7530,0 milliards de cdf, venant de 7289 ,8 milliards de cdf l’année précédente.

Il ressort clairement qu’il y a une forte augmentation des dépenses publiques alors que les recettes devant alimenter ces dernières sont restées faibles.

Pour certains économistes bien armés, ces dépenses ont été causées par l’installation des nouvelles institutions et leur fonctionnement, à la réalisation du programme intérimaire des 100 jours du Chef de l’Etat, à la prise en charge de la gratuité de l’éducation de base et ses effets d’entrainement ainsi qu’aux dépenses de sécurité.

Gisèle Tshijuka