RDC : les mélomanes congolais se souviennent d’Alain Moloto, 7 ans après sa disparition

C’était il y a 7 ans, le 02 août 2013, l’artiste musicien Alain Moloto, chanteur de gospel, décédait à Kinshasa à l’âge de 52 ans  de suite d’une  maladie.  Sept ans après sa disparition, les congolais, et les kinois en particulier, ruminent encore les bons souvenirs de cet homme. Le patron du Groupe adorons l’Eternel (GAEL) était un artiste compositeur très connu dans les milieux évangéliques en RDC et à l’étranger.

Auteur et compositeur, enseignant des conducteurs de culte et des jeunes adorateurs de l’Ecole Gaël musique, Alain Moloto est né le 27 juillet 1961, dans la ville de Kisangani dans la province de la Tshopo.

Il entame des études supérieures en 1983 à l’Institut supérieur de commerce (ISC), où il commence à composer les chansons d’adoration, du genre Gospel avec sa guitare. Ayant pris de l’envol, il se lance dans la musique comme activité principale de sa vie.

Il créé en 1998 le groupe « Adorons l’Eternel » (Gaël) avec d’autres artistes de l’Institut national des arts (INA) parmi lesquels Franck Mulaja, Francis Nsemi et Blaise Mikanda et en devient le coordonnateur.

Le groupe Gaël a produit 14 albums entre 2000 et 2014 et ses nombreuses chansons ont eu des résonances internationales, à l’instar de « Shilo » interprétée par Nadège Impote et « Alléluia Amen » par Athom’s. Le groupe est nominé dans la catégorie « Gospel Africa » au Kora Awards 2012 et réalise plusieurs tournées à travers le monde notamment en Belgique, en Irlande, en Israël, au Bénin, en Afrique du Sud ainsi qu’en  France, où il a livré son dernier concert « Célébration Gaël » en 2011.

Pour sa part, Alain Moloto signe en 1994 son premier album en solo « Jésus le prince glorieux » qui sera suivi du single « Yahwe to belemi » en 1999 et son second album « Les fruits de mes lèvres » en 2010.

A sa disparition, il est remplacé par le pasteur Athom’s Mbuma à la direction du Groupe « Adorons l’Éternel » (Gael), depuis le 23 septembre 2013.

Nanou Kambala

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *