RDC : L’épidémie d’Ébola reste une urgence de santé publique internationale (OMS)

 

L’épidémie du virus Ebola en République démocratique du Congo (RDC) reste une urgence de santé publique de portée internationale a estimé mercredi l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

« Le Comité d’urgence sur le virus Ebola a indiqué que l’épidémie en République démocratique du Congo reste une urgence de santé publique de portée internationale, et j’ai accepté ce conseil », a déclaré le Directeur général de l’Organisation, le Docteur Tedros, lors d’un point de presse à Genève.

« Tant qu’il y aura un seul cas d’Ebola dans une région aussi instable et peu sûre que l’est de la RDC, le potentiel d’une épidémie beaucoup plus importante subsistera », a-t-il ajouté

Selon l’évaluation des risques de l’OMS, le risque de propagation est élevé aux niveaux national et régional, et faible au niveau mondial.

« Néanmoins, les signes sont extrêmement positifs dans l’est de la RDC, et j’espère que d’ici à ce que le comité d’urgence se réunisse à nouveau, nous serons en mesure de déclarer la fin de l’épidémie », a indiqué le Docteur Tedros.

Renforcer un système de santé n’est peut-être pas aussi sexy que de répondre à une épidémie, mais c’est tout aussi important – Docteur Tedros, Directeur géhéral de l’OMS

Le patron de l’OMS, tout en notant que l’on se rapproche de la fin de cette épidémie d’Ébola en RDC, a jugé nécessaire d’agir maintenant pour prévenir la prochaine.

Rappelant que cette épidémie d’Ébola a tué 2 249 personnes, il a toutefois souligné qu’en moins de temps, la rougeole avait tué plus de 6300 personnes en RDC.

Le Docteur Tedros a fait valoir que seulement la moitié des établissements de santé en RDC ont accès à l’eau et a insisté sur la pertinence de disposer d’un système de santé performant.

« Renforcer un système de santé n’est peut-être pas aussi sexy que de répondre à une épidémie, mais c’est tout aussi important », a-t-il déclaré.

Le patron de l’OMS a estimé que l’épidémie actuelle de COVID-19 met en lumière les raisons pour lesquelles la situation est si critique, affirmant que la plus grande crainte de l’Organisation concerne les dommages que ce coronavirus pourrait causer dans un pays comme la RDC.

« Demain, je me rendrai à Kinshasa, en RDC, pour m’entretenir avec le président Felix Tshisekedi et d’autres ministres de haut rang sur la manière de renforcer le système de santé de la RDC et de protéger et promouvoir la santé de sa population », a-t-il annoncé.

« Alors même que les flammes d’une épidémie commencent à s’éteindre, nous luttons contre un autre front de feu », a-t-il conclu.

Avec Onu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *