RDC: MSF DENONCE LES VIOLENCES CONTRE LES POPULATIONS CIVILES A SALAMABILA

Village Luhanga (Nord-Kivu), vidé de ses habitants après une attaque des miliciens Maï-Maï, dimanche 27 novembre 2016. Ph. Radio Okapi/Rosalie Zawadi

Un nouvel incident grave affectant la communauté de Salamabila la semaine dernière est venu s’ajouter à la spirale de violences qui affectent en premier lieu les populations civiles. En tant qu’organisation humanitaire médicale qui observe cette situation au quotidien, Médecins Sans Frontières déplore un tel niveau de violence et appelle les acteurs armés à cesser les agressions contre des populations innocentes.

Bukavu, République démocratique du Congo (RDC), 19 novembre 2020 – Dans la nuit du 11 novembre, deux civils blessés par balle ont été pris en charge dans des centres de santé appuyés par MSF dans la zone de santé de Salamabila, dans la province de Maniema. Une troisième personne, blessée par arme blanche, a été reçue le lendemain matin, ainsi que des personnes survivantes de violences sexuelles. Récurrentes, ces violences ont de lourdes conséquences sur la santé physique et mentale des populations civiles qu’elles affectent.

Le nombre élevé d’incidents de violence sexuelle est particulièrement alarmant. Présente à Salamabila depuis 2018, MSF a pris en charge près d’un millier de personnes survivantes en 2020. La prévalence de ces violences sexuelles par des hommes armés est une préoccupation majeure dans cette région, tant pour la population que pour le personnel soignant, en charge de leur rétablissement physique et psychologique. Les violences sexuelles peuvent conduire à la stigmatisation et l’exclusion des personnes ayant survécu. Quelle que soit l’issue juridique de chacun de ces incidents déplorables, tout doit être mis en œuvre pour que cela cesse.

MSF demande aux acteurs armés actifs dans cette zone de ne pas mettre la vie des populations civiles en danger et à agir dans le cadre du droit international humanitaire. Les civils doivent, avant tout, être protégés de tout type d’abus et de maltraitance. MSF invite tous les acteurs humanitaires spécialisés dans les questions de protection des populations à se mobiliser et renforcer les services à offrir à des communautés trop longtemps négligées. MSF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *