L’agence spatiale indienne a perdu le contact avec sa sonde qui devait alunir

This screen grab taken from a live webcast by Indian Space Research Organisation (ISRO) on August 6, 2019 shows Vikram Lander before it is supposed to land on the Moon. - Chandrayaan-2 space exploration mission consisting of a lunar orbiter, a lander named ‘Vikram’, and a lunar rover named ‘Pragyan’, all of which were developed in India, was launched from Satish Dhawan Space Centre in Sriharikota on 22 July 2019 by the Geosynchronous Satellite Launch Vehicle (GSLV) Mark III. (Photo by Handout / Indian Space Research Organisation (ISRO) / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO / INDIAN SPACE RESEARCH ORGANISATION" - NO MARKETING NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS ---

«La descente de Vikram se déroulait comme prévu», a expliqué vendredi soir le président de l’agence spatiale. «Puis la communication a été perdue», a-t-il dit.

L’agence spatiale indienne a annoncé samedi avoir perdu le contact avec sa sonde spatiale alors qu’elle s’apprêtait à alunir. «La descente de l’atterrisseur Vikram se déroulait comme prévu», a expliqué le président de l’agence spatiale (ISRO), K. Sivan, dans la salle de contrôle de Bangalore (sud). «Puis la communication entre l’atterrisseur et le contrôle au sol a été perdue. Les données sont en cours d’analyse», a-t-il ajouté. L’Inde tente de devenir la quatrième nation au monde à réussir à poser un appareil sur la Lune, après l’Union soviétique, les Etats-Unis et la Chine. Elle serait la première à se poser sur le pôle sud lunaire, une zone totalement inexplorée”, soulignait l’ISRO.

Le premier ministre Narendra Modi, qui a fait le voyage de Bangalore, a assuré aux scientifiques après l’annonce de K. Sivan que «ce (qu’ils avaient) fait n’était pas un mince exploit». «La vie connaît des hauts et des bas. Votre dur labeur nous a déjà enseigné beaucoup et le pays tout entier est fier de vous», a-t-il ajouté. «Si la communication (avec l’atterrisseur) se rétablit (…) tous les espoirs sont permis (…) Notre voyage continuera. Soyez forts. Je suis avec vous», a-t-il assuré.

Lancé le 22 juillet d’un pas de tir du sud de l’Inde, l’atterrisseur Vikram de la mission Chandrayaan-2 devait se poser vendredi soir près du pôle sud lunaire, au terme d’un mois et demi de rotations orbitales autour de la Terre puis de la Lune. ISRO avait anticipé un moment délicat en disant s’apprêter à vivre «15 minutes de terreur» durant la tentative d’alunissage.

Sarah Isaka

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *