Ituri : L’armée rassure la population de sa détermination à en finir avec les Adf mais…

Le commandant du secteur opérationnel grand Nord SOKOLA 1 a rassuré la population de la chefferie de BABILA BA BOMBI de la détermination des FARDC dans la poursuite des rebelles ADF et de la totale pacification de la zone meurtrie, a indiqué le Général de Brigade Jacques NDULA.

Par ailleurs, c’est depuis la fin du mois de Janvier 2020 que les populations de cette partie du territoire ont commencé à se déplacer dans les zones jugées sécuriser. Elles ont été victimes des plusieurs violations pendant leurs déplacements.

Selon la CRDH, « pour assurer le transport, une distance où un taxi moto demandait dans le temps 20 000FC, les taximen faisaient payer 25 à 35$ par personne. Bien plus, des déplacés venant de BIAKATO pour le centre de MAMBASA passaient plus de trois jours des marches faute des moyens. Malheureusement ces jours-ci, pendant que l’autorité militaire rassure à la population qu’il n’y a plus rien à craindre, et que la population peut maintenant rentrer dans l’agglomération de BIAKATO et ses environs, l’on assiste aujourd’hui à des tracasseries notoires de la population motorisée qui, du reste veulent rentrer dans leurs milieux d’origine pour le ravitaillement en nourriture de leurs familles.

De BIAKATO à MANGINA c’est 40km, mais on y rencontre ces jours 6 barrière auxquelles la population est tracassée ; à chaque barrière, toute personne à moto est obligée de payer un minimum de 1000 à 2 500FC sous prétexte de payement des rapports ».

La CONVENTION  POUR LE RESPECT DES HUMAINS, CRDH,  dénonce ces actes de corruption posés  par les agents commis aux différentes barrières érigées à Biakato mayi, Bela, Nziapanda, Makiki, Mangina.

Notons que la pluspart des barrières y sont érigées à une distance de 3km de l’une à l’autre.

Gires Kasongo, depuis Beni

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *