Harcèlement scolaire : Quelques élèves de Bukavu témoignent

En marge de la journée nationale de lutte contre le harcèlement scolaire chaque 07 novembre de l’année, les reporters de L’Essentiel ont tendu leur micro baladeur jeudi à quelques élèves de la ville de Bukavu.

Ces derniers s’exprimant sous le sceau de l’anonymat ont dévoilé toutes les formes de harcèlement scolaire auxquelles ils sont souvent victimes en milieu scolaire.

« dans mon école, chaque année nous sommes victimes des brimades, des moqueries, des mises à l’écart voire même des violences  physiques dans le milieu scolaire », témoigne B.H.

« Je peux dire que dans notre établissement scolaire, la plupart des enfants victimes sont harcelés par des enseignants, donc le corps administratif et quelques fois de leurs camarades. Vous savez avec la chasse des élèves non en ordre avec les frais scolaires, s’accentue le harcèlement surtout ce dernier temps », explique T.M.

« le harcèlement a  pris plusieurs formes dans institution scolaire, surtout en cette année de gratuité de l’enseignement de base en Rdc. Ça pris la forme verbale notamment insultes, menaces,… De deux la forme physique je cite coups, bousculades,… De trois la forme matérielle à savoir vols, dégradations,… De quatre, la forme relationnelles par exemple atteinte à la réputation, exclusion,… », renchérit N.H.

Toutes ces formes de harcèlement scolaire égrenées par des élèves, ne fait que freiner l’épanouissement de l’enfant.

Selon le constat fait par le psychologue Henry Sinda, joint par L’Essentiel, des conséquences peuvent apparaître sous formes de somatisation, de stress chronique, de sentiment de dévalorisation, de solitude, de l’abandon et/ou d’isolement, des difficultés ou des décrochages scolaires ainsi que des symptômes dépressifs peuvent mener au suicide.

Il y a de quoi interpeller l’autorité compétente pour protéger la jeunesse et mettre en place des outils concrets leur permettant d’évoluer dans un cadre sécurisant, leur donnant aussi l’occasion de s’épanouir pleinement en milieu scolaire.

Propos recueillis par Rosette Kapuku et Natasha Balegamire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *