Le président Félix Tshisekedi a décrit de manière clinique les tueries observée en province du Nord-Kivu, à Beni notamment, lesquels carnages sont attribués aux rebelles de l’Alliance des forces démocratiques alliées.

La première réunion du conseil des ministres de l’année 2020 a permis au chef de l’Etat de faire l’écho de sa détermination à agir pour le rétablissement de la paix à l’Est du pays en proie à l’insécurité depuis deux décennies.

Devant les ministres, la réplique du chef de l’Etat à la tentative de l’effondrement de la république suite à ce scénario machiavélique a été sans appel. Devant cet outrage suprême, Félix Tshisekedi a rassuré que le pays ne connaîtra jamais de balkanisation tant qu’il sera aux affaires.

De ce point de vue, l’opinion nationale n’entend non plus laisser l’Etat dans une situation de balkanisation. L’idée qui prévaut est celle de Fatshi, faisant valoir sa fermeté de ne pas laisser partir un seul mettre carré du territoire national tant qu’il dirigera le pays, si l’on en croit le compte rendu du conseil des ministres.

Félix Tshisekedi a promis la poursuite des “actions de pacification de tout l’Est du Pays, notamment à Beni, Butembo, l’Ituri, le Haut et Moyen Plateaux de Minembwe ainsi qu’à Uvira”, après la reprise de Madina, autrefois bastion des rebelles ougandais de l’Alliance des forces démocratiques alliées (ADF).

Raymond Okeseleke