Editorial : Changement des mentalités, les gouvernants doivent montrer l’exemple

Dès lors que dans son message du 8 septembre le chef de l’Etat a invité à une véritable reconversion de mentalités, des plus d’un Congolais s’interroge si cette fois-ci, la sanction sera effectivement appliquée. Pas de pitié pour tout membre du Gouvernement Ilunkamba, pris en flagrant délit de corruption.

Au cours d’une cérémonie officielle organisée mercredi 18 septembre par le Premier ministre, en collaboration avec l’Observatoire de la surveillance de la corruption et de l’éthique professionnelle (OSCEP), tous ont convenu de faire un front commun contre la corruption en RD Congo. Un engagement traduit par la signature d’un Code de bonne conduite devant le Premier ministre.

S’il faut emprunter au jargon des communautés consacrées, on dirait sans doute que les vices-premiers ministres, les ministres d’Etat, les ministres, les ministres délégués, et les vice-ministres ont prononcé leurs vœux perpétuels. Ils ont ainsi juré de se conformer aussi bien à la Constitution, aux lois de la République qu’à la croisade anti corruption du Président de la République.

Concernant la législation pertinent en vigueur, on peut citer notamment, les dispositions pertinentes de la loi n° 017/2002 du 17 octobre 2002 portant Code de Conduite de l’Agent Public de l’Etat.

Dans cet acte d’engagement signé par le Premier ministre, les vice-Premiers ministres, les ministres d’Etat, les ministres, les ministres délégués et les vice-ministres, il est écrit notamment : ” Je conviens qu’au cas où il sera établi que je n’ai pas respecté les dispositions de ce Code, je renoncerai à mon mandat”. La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *