Edito: Quand la rentrée de classe évoque la passion des parents !

Des élèves de 6ème primaire de Kinshasa le 08/06/2012, sur une des avenues de la commune de limete, après le Test national de fin d’études primaires (Tenafep). Radio Okapi/ Ph. John Bompengo

À l’instar de la passion du Christ dont les événements ont précédé et accompagné sa mort, les parents d’élèves congolais s’arrachent les cheveux à l’annonce de la reprise des cours ce lundi 02 septembre 2019. Premièrement, le manque de moyens financiers pour acheter les objets scolaires et payer les frais demandés aux écoles, entraînent des frustrations.

C ’est la tourmente dans le chef des parents. Ils se demandent comment  envoyer leurs enfants à l’école ce lundi avec la crise économique qui frappe de plein fouet les ménages à revenus moyens ou sans revenus. Ces braves parents n’ont pas l’air candide devant la valse des étiquettes affichées sur des fournitures scolaires. L’on peut apercevoir, sans porter des jumelles, à leurs traits durs et prononcés, à leur teint hâlé, à leur front sillonné, que des passions.

Des passions qui les ploient sous le poids de responsabilité traduisant ipso facto le train train de vie sociale qu’ils mènent par les temps qui courent. Hélas ! Une vie bien orageuse.

Les parents d’élèves sont forts agités face à la facture salée des fournitures scolaires, uniformes, sacs, chaussures, sandales et autres. Ajouter à cela, un éventail des frais scolaires. Dans les écoles privées, les taux sont en folie. Face à ce tableau sombre, les parents d’élèves ne savent pas sur quel pied danser. Comme qui dirait, les grandes douleurs sont muettes.

Eugide Abalawi Ndabelnze

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *