Dialogue de vérité : L’Hon. Lumbulumbu recadre E. Gashamba, alerte et exige des excuses publiques pour “propos mensongers”

Dans leur cahier de charge lu ce jeudi 30 Juillet 2020 à l’Hôtel Cap Kivu dans le cadre du dialogue de vérité organisé par le Gouvernement provincial, le Président de la communauté Hutu, Mr. Emmanuel Gashamba à cité nommément quelques notables Nande, comme auteurs de la création de la communauté Babingi, les indexant ainsi d’avoir des agenda cachés. Faux et archifaux, rétorque l’Hon. Jean Paul Lumbulumbu, Conseiller juridique de la communauté Nande de Goma. Il fait cette mise au point pour démentir ce qu’il qualifie des “propos mensongers” de la communauté Hutu.

Ci-dessous son démenti

  1. Sur le plan de la forme,

Il s’agit d’un mensonge tendancieux cousu avec du fil blanc dont l’objectif est tout simplement de nuire à l’image et le prestige d’une communauté pacifique et pacifiste, mieux à l’image de ses notables et de se victimiser dans l’intention de s’attirer la sympathie on ne sait de qui.

PREMIEREMENT

Tout le monde peut s’interroger si les actes posés par l’Hon. Robert Seninga Habinshuti(Sage de la communauté Hutu) entant que Président de l’Assemblée provinciale du Nord Kivu, ont un lien direct avec sa communauté ethnique ? Autant, tout acte posé par l’Hon. Carly Nzanzu Kasivita(Sage de la communauté Nande), entant que Gouverneur de province, est-il prémédité par sa communauté ? Si la réponse à cette question est Non, Mr. Emmanuel Gashamba et toute la communauté Hutu doivent démentir et retirer leurs propos haineux éparpillés dans plusieurs documents et mémorandum et demander publiquement pardon à tous les participants au dialogue de vérité et à toute la population du Nord Kivu pour avoir délibérément formanté un mensonge grossier contre la communauté Nande. Aucun fils de la communauté Nande, agissant à son nom n’a créé une nouvelle communauté au Nord Kivu.

L’Hon. Jean Paul Lumbulumbu Mutanava, le Ministre Robert Lufungula, en réagissant à l’indignation de la communauté Babingi, du reste reconnue par plusieurs documents, en détresse de sa prise en otage par la communauté Hutu avec laquelle elle déclare ne partager aucune valeur culturelle, ces dignes fils de la province n’ont fait que remplir leurs devoirs entant que responsables politiques et non entant que membres de la communauté Nande.

Cette tendance à la communautarisation des actes posés par toute personne est très dangereuse pour la paix et la cohésion sociale au Nord Kivu. La communauté Hutu devrait, des aujourd’hui, s’en défaire. C’est autant dans le quartier Buhene et Turunga presque et partout où tout acte, positif ou négatif soit-il, posé par toute personne qui s’appelle Muhindo est porté au dos de la communauté Nande, oubliant que les Muhindo se trouvent même dans les autres communautés telles que les hunde et les Nyanga.

DEUXIEMEMENT

Lorsque en 2010 certains rapports même de la province(Rapport annuel du Ministère de l’administration du territoire et affaires coutumières, exercice 2010) citent les Babingi comme une des communautés linguistiques dans le territoire de Rutshuru, lorsque le chef de groupement le reconnaissent dans plusieurs correspondances accessibles à tous(Lettre numéro 423/055/B.6/2010 du 24-08-2010 du chef de Groupement Gérôme Nyamuhanzi La la ra), lorsque le Ministre François Tuyihimbaze Rucogoza le reconnait par sa lettre du 09-09-2010, s’agit-il là encore de la communauté Nande qui en est l’auteur ou ses fils ? Les documents sur cette question n’ont jamais été signés par la communauté Nande et moins encore par l’Hon. Jean Paul Lumbulumbu Mutanava ou le Ministre Robert Lufungula. La communauté Hutu peut-être mise au défis de prouver un seul document portant création de la communauté Babingi signé par la communauté Nande ou l’Hon Jean Paul Lumbulumbu ou le Ministre Lufungula. La réponse c’est Non. Donc la communauté Nande n’est que victime autant que ses fils.

  1. Sur le plan du fond

On peut s’interroger, les Babingi parlent-ils la même langue avec les Hutu(le Kinyarwanda) ?, ont-ils les mêmes rites coutumiers, ont-ils les mêmes origines ? se reconnaissent-ils Hutu ou sous clan des Hutu ? Occupent-ils un espace reconnu exclusivement aux Hutu ou à eux où ils vivent à Rutshuru? Si la réponse c’est Oui, alors tous les documents produits sur leur autonomie doivent être mis en cause. Mais si la réponse c’est Non, et puisqu’il est d’une évidence indéniable qu’ils ne parlent pas le Kinyarwanda comme langue et qu’ils n’ont rien en commun avec les Hutu, il faut les reconnaître comme l’a fait sagement le Baraza la Wazehe qui les a intégrés en son sein comme une communauté à part entière à l’instar des Piri, des Talinga et des Bambuba et les autres. Dans ce cas encore, la communauté Hutu et son Président devraient demander solennellement pardon à l’Hon. Jean Paul Lumbulumbu, au Ministre Robert Lufungula et au Baraza la Wazehe pour les avoir injustement cités dans son discours déjà diffusé à travers le monde. Il faut alors leur accorder de s’exprimer comme tout le monde et cesser de les considérer comme faisant partie d’une communauté à laquelle ils ne se reconnaissent pas et refusent d’appartenir. C’est aussi ça l’acceptation mutuelle, l’un des résultats attendus par ce Dialogue de vérité.

La communauté Hutu devrait cesser toute généralisation et communautarisation avec l’intension très visible de nuire aux autres communautés notamment la communauté nande et ses fils. Maintenant qu’ils nous ont cité nommément en nous accusant à tort, par des mensonges, d’avoir créér une communauté, il y a lieu de prendre à témoins toute la population de la RDCongo, de la province du Nord-Kivu qui a suivi avec attention le discours mensonger et haineux de Mr. Emmanuel Gashamba en tant que Président de la communauté Hutu contre l’Hon. Jean Paul Lumbulumbu Mutanava, le Ministre Robert Lufungula et Mr Joseph Siriwayo et d’alerter que sa communauté sera responsable de tout égratignure qui pourrait nous arriver dès aujourd’hui. Toute la population du Nord Kivu est témoins, les sons circulent déjà dans les réseaux.

Nous demandons aux autorités étatiques de renforcer notre sécurité car les propos de Mr. Emmanuel Gashamba agissant entant que Président de la communauté Hutu constituent une preuve claire des menaces contre notre vie. Nous prenons à témoins la communauté tant nationale qu’internationale ici représentée par la Monusco et les agences du système des Nations-Unies sur les menaces qui pèsent sur nous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *