DECLARATION DE LA SOCIETE CIVILE DU SUD-KIVU RELATIVE AU CONTEXTE POLITIQUE DE L’HEURE EN R.D. CONGO 

La Société Civile du Sud-Kivu suit avec attention la situation politique de l’heure considérant la polémique entre la plateforme politique Front Commun pour le Congo et le regroupement politique AFDC-A de Monsieur BAHATI LUKWEBO autour de la présentation du candidat président du Sénat.

La Société Civile constate, non sans regret que le Président de la République, garant du bon fonctionnement des institutions, reste silencieux alors que la polémique décriée prenne une envergure inquiétante au risque de compromettre la cohésion nationale et ne fait que renforcer la déstabilisation des institutions issues des élections du 30 décembre 2018.

En effet, la Société Civile du Sud Kivu, quoi que ne soutenant aucun candidat à la présidence du Sénat, note que la candidature de Monsieur Alexis THAMBWE MWAMBA n’est pas la bienvenue pour le peuple congolais au regard des charges qui pèsent sur sa personne pour des crimes internationaux pour lesquels il est poursuivi.   L’on ne saurait comprendre, si les faits sont avérés, comment un présumé auteur d’aussi odieux crimes pourrait diriger la prestigieuse institution nationale qu’est le Sénat.

Ainsi, par respect aux victimes, à la communauté nationale congolaise et internationale, cette candidature devrait purement et simplement être remplacée par la formation d’où émane l’impétrant.

En outre, la Société Civile du Sud Kivu dénonce que sept (7) mois après la prestation de serment du Président de la République et deux mois après la nomination du Premier Ministre, la population reste toujours à l’attente de la publication du gouvernement au niveau national. Ce qui préjudicie énormément les attentes et les intérêts de la population congolaise.

Vu ce qui précède, la Société Civile du Sud-Kivu recommande ce qui suit :

  1. Au Chef de l’Etat :

– De se prononcer et de jouer à l’arbitre face à la polémique entre FCC et AFDC-A car elle tend à la déstabiliser les institutions politiques du pays

– De demander au FCC de retirer et remplacer la candidature de Monsieur Alexis Thambwe MWAMBA au regard des charges qui pèsent sur lui, puisque n’étant pas digne de diriger la Sénat.

– De Veiller à la non duplication des partis politiques qui fut une stratégie du régime passé et qui n’a fait que renforcer les menaces contre la cohésion nationale.

– De diligenter la publication du gouvernement national endéans dix (10) jours à dater de ce mercredi 17 juillet 2019.

  1. Aux Plates-formes et regroupements politiques :

– De mettre au premier plan la cohésion et l’intérêt national en évitant les intérêts égoïstes et gouttons. Considérez que vos conventions ou accords politiques n’engagement en rien le peuple congolais qui a tant souffert et ne peut en aucun cas cautionner la dérive actuelle pour autant qu’elle vise la remise en cause des animateurs des institutions tant provinciales que nationales !

– D’arrêter désormais avec notion d’« Autorité morale » car elle ternit l’image du politicien congolais, porte atteinte aux acquis de la démocratie et constitue un gène de  DICTAT contre lequel le peuple congolais s’est  battu pendant des longues années.

Enfin, la Société Civile met en garde toute personne ou groupe d’individus, politiciens soient -ils, qui veulent déstabiliser les institutions et promet d’entreprendre les actions de grande envergure au cas où rien n’est fait POUR DEBOULONNER LE SYSTEME qui ne promeut pas le bien-être de la population Congolaise.

Fait à Bukavu, le 17 Juillet 2019

Pour la Société Civile du Sud-Kivu

Patient BASHOMBE M.

Président

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *