A la Une des journaux: soupçons de marchandisation des morts attribués au covid 19 !

Les journaux congolais parus ce mardi 19 mai 2020, traitent des sujets aussi riches que variés à savoir le Procès Blatner, le refus d’indemnisation de Jean pierre par la cpi, la dotation des kits de dépistage rapide à l’INRB, les soupçons de marchandisation des morts attribués au covid 19.

Le journal la prospérité indique qu’ Hier, David Blattner était devant les juges du Tribunal de Grande Instance de Kinshasa/Gombe.  Comme il fallait s’y attendre, il avait promis de coopérer avec la justice, depuis l’obtention de sa liberté provisoire   au grand soir du 27 mars 2020 moyennant une caution de 51 millions de Francs Congolais.

Soupçonné de détournement dans l’affaire des travaux de 100 du Chef de l’Etat, le DG de Safricas, est une des pièces maîtresses dans ce dossier qui implique également Benjamin Wenga, le Directeur Général de l’OVD. Après l’audience d’hier, le TGI/Gombe a renvoyé à deux semaines, il y reviendra le 1er juin prochain, selon le compromis dégagé entre le Ministère Public et les Avocats de la défense. Et, pendant ce temps, ces derniers s’attèleront, normalement,  à la  « levée copie » des pièces portées à la charge de leur client.

*Dans le même registre de la justice, ma consoeur la prospérité informe que La chambre préliminaire de la Cour pénale internationale (CPI) a refusé lundi d’indemniser l’ancien chef de l’opposition congolaise, Jean-Pierre Bemba, qui avait été détenu dix ans dans ses prisons de La Haye avant d’être acquitté.

Arrêté et incarcéré en 2008, M. Bemba avait été acquitté en appel, en 2018. En mars 2019, il avait présenté à la Cour une demande d’indemnisation de 68 millions d’euros. Une part devait indemniser sa très longue incarcération; le reste devait compenser les pertes subies par la mauvaise gestion, par le greffe de la CPI, de ses avoirs gelés sur ordre des juges.

La chambre a “considéré que M. Bemba n’avait pas établi qu’il avait subi une erreur judiciaire grave et manifeste” et refuse donc de l’indemniser. Elle refuse aussi de compenser la mauvaise gestion imputée au greffe de la CPI.

Elle a néanmoins reconnu que l’absence de limitation de la procédure et surtout,  de la détention provisoire étaient des failles dans ses statuts et demande en conséquence aux Etats membres du Statut de Rome qui établit son existence de se lancer « dans une révision du Statut » pour y remédier.

SOUPÇONS DE MARCHANDISATION DES MORTS ATTRIBUÉS AU COVID-19 : VIVEMENT L’ENQUÊTE !, révèle Forum des As.

Dans son édition d’hier lundi 18 mai, Forum des As s’est fait l’écho des suspicions de plus en plus persistantes, sur une affaire rocambolesque dans certains grands hôpitaux de Kinshasa. Il s’agit, selon plusieurs témoignages, du soupçon de marchandisation des morts. Concrètement, il y aurait des personnes qui négocieraient avec des membres d’une famille éprouvée, leur demandant de déclarer faussement que leur proche est décédé des suites du Covid-19. Ce, moyennant une somme d’argent dont le montant oscillerait entre 2000 et 3000 dollars américains. Rumeur ou pas rumeur, c’est ce qui se raconte de plus en plus dans les rues de la capitale de la RD Congo.

Loin d’être un scoop de Forum des As, cette information a même atterri dans les oreilles du Président Félix Tshsisekedi. Dans sa communication le vendredi 15 mai, lors de la 31ème réunion du Conseil des ministres tenue par vidéoconférence à Kinshasa, Félix Tshisekedi a clairement instruit le ministre de la Santé publique, Eteni Longondo, d’investiguer sur cette affaire, et lui en faire rapport.

” (…) Concernant les attestations de décès délivrées pour cause du Covid-19, le Président de la République a été informé de ce qu’un trafic serait organisé consistant à pousser des familles à faire des déclarations de décès des membres de leur famille par cause de Covid-19 moyennant rétribution, ceci afin de porter atteinte aux efforts du Gouvernement dans sa lutte contre le Covid-19 “,renseigne le compte-rendu de ladite réunion du Conseil des ministres. A la suite de cette réaction de Félix Tshisekedi, on peut dès lors déduire que cette pratique n’est plus un secret d’alcôves.

Le même tabloide coulant dans la même veine rapporte que 50.000 KITS DE DÉPISTAGE RAPIDE REMIS HIER À L’ÉQUIPE DE RIPOSTE Ce don du Gouvernement central, obtenu sur fonds propres, est composé essentiellement de 50. 000 cartons contenant 25 pipettes chacun. Le coût global de ce matériel est de 520. 000 dollars américains, renseigne un communiqué de presse émanant de la Primature.

Aux dires du ministre de la Santé publique, ce don entre dans le cadre de l’appui du Gouvernement dans la lutte contre la pandémie du coronavirus. D’après Dr Eteni Longondo, le geste du Gouvernement permettra d’améliorer sa célérité dans la livraison des résultats des tests.

En plus, beaucoup de tests seront faits en même temps auprès de la population. Ce qui, par conséquent, réduira le retard dans la publication des données et dans la prise en charge des patients. Selon Eteni Longondo, le gouvernement dispose désormais des tests rapides et sensibles.

Une sélection de la Rédaction L’Essentiel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *