A la Une des journaux congolais : Shadary, Fayulu et Muzito attendus aux consultations nationales

Le Président de la République,  Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, a poursuivi ,mercredi,  au Palais de la Nation, la série des consultations avec le président du Mouvement de libération du Congo (MLC), Jean-Pierre Bemba Gombo, le chef spirituel de l’église Kimbanguiste, Simon Kimbangu Kiangani, les comédiens, les professionnels de la culture, les artistes musiciens et autres, en vue  de parvenir  à la mise en place  d’une « Union Sacrée de la Nation » en République démocratique du Congo.

Selon l’agence congolaise de presse, le président du Mouvement de libération du Congo (MLC) Jean Pierre Bemba a déclaré qu’il soutient  tout dialogue entre Congolais, à l’issue des entretiens avec le Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, au cours de cette troisième journée des consultations.

Jean-Pierre Bemba, qui est la première  personnalité  politique  à  répondre  à l’invitation  du Chef  de l’Etat, a échangé en aparté avec lui pendant plusieurs minutes. C’est la première fois que  les deux  acteurs  politiques se rencontrent  depuis la période préélectorale de 2018.

A son tour, le chef spirituel de l’église Kimbanguiste Simon Kimbangu Kiangani a appelé les Congolais à rester concentrés dans la prière, à l’issue des entretiens avec le Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo.

Le Chef de l’église kimbanguiste s’est dit porteur, au Chef de l’État, d’un message de paix et d’encouragement quant à l’initiative d’écouter les forces vives de la nation en vue de la création de l’Union Sacrée.

De leur côté, Les comédiens se sont dits satisfaits d’être  reçus par le Chef de l’État Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo qui a promis de tenir compte de leurs propositions et de leur point de vue sur la situation qui prévaut actuellement au pays.

Reçu aussi par le chef de l’Etat, renchérit le web journal lessentielrdc.info, le professeur André Yoka a indiqué, à l’issue des entretiens avec le Président Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, que la palabre est l’un des fondamentaux de la culture africaine.

Les mouvements pro démocratie n’étaient pas en reste. Au cours des entretiens  qu’ils ont eus  mercredi  dans le cadre des consultations présidentielles, les mouvements  citoyens Filimbi, Echa et Lucha ont demandé au Chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo,  de mettre fin de la coalition FCC-CACH.

 Les mouvements  citoyens  ont aussi remis un mémo  au Chef de l’Etat qui explicite les questions  de sécurité et justice, la situation socio-économique  et les réformes institutionnelles.

Par ailleurs, le Chef de l’Etat s’est aussi entretenu, le même mercredi, avec les délégués de l’Association des Handicapés, des Associations féminines, les responsables des universités et instituts supérieurs de la RDC et les délégués de la Fédération des Entreprises du Congo (FEC).

Pour le Comité Laïc de Coordination (CLC)  la dissolution de la coalition FCC-CACH est une nécessité, a déclaré le  coordinateur du CLC, le Pr  Isidore Ndaywell, à l’issue de l’entrevue avec le Président Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, dans le cadre des consultations présidentielles.

Le Prof Isidore Ndaywell a indiqué avoir remis un mémo au Chef de l’Etat qui reprend  les trois préoccupations  essentielles à  savoir: la réhabilitation  de l’autorité  de l’Etat  sur toute l’étendue du territoire, la crédibilisation des élections de 2023 ainsi que la relance économique et sociale.

Entre temps, Shadary, Fayulu et Muzito sont attendus aux consultations nationales note Forum des As. Tous les trois ont reçu une invitation pour prendre part à ces assises du Palais de la Nation. Pas étonnant que cette main tendue du Chef de l’Etat suscite de vagues, relève Forum des As. Particulièrement dans les camps de ces trois invités, pas du tout disposés à mordre à l’hameçon.

D’après les sources proches du protocole d’Etat, les invitations ont déjà été déposées dans les résidences des deux candidats à l’élection présidentielle du 30 décembre 2018.Dans l’entourage de Martin Fayulu, l’information sur le dépôt d’invitation par les services de la présidence à Faden House, n’est ni confirmée, ni démentie.

Contacté, un proche du porte-étendard de l’Ecide lève un point de voile. Il nous signale à cet effet “qu’une invitation n’est pas une convocation”, soulignant à ces propos que son chef de fil ne fera pas le déplacement du Palais de la Nation.

Lisanga Bonganga, lieutenant de Martin Fayulu, soutient que le coordonnateur en exercice de Lamuka dénie à Félix Tshisekedi la qualité d’organiser les consultations nationales, d’autant “qu’il fait partie du problème”.

A en croire l’ancien ministre du sport, Fayulu reste partisan d’un dialogue sous la médiation internationale qui devra prendre en compte son plan de sortie de crise.

Devenu très populaire lors de la campagne électorale de 2018, Martin Fayulu a vu son aura prendre de l’ampleur. Surtout lorsqu’après la publication des résultats par la Centrale électorale, des évêques catholiques ont clamé haut qu’il a réellement remporté le scrutin à la présidentielle. Dès lors, il se considère comme le président élu et ne veut plus céder à une quelconque manipulation.

Steve Kivuata confirme, pour sa part, la non-participation d’Adolphe Muzito, invité également à ces consultations. A l’instar de Fayulu en effet, le président du Nouvel Elan est resté ferme sur sa position, confortant l’aile dure de Lamuka, pas du tout prête à faire de courbettes à celui que “le soldat du peuple” accuse d’avoir perpétré “un hold up électoral”.

Quoiqu’il en soit, face à l’impossible survie du FCC-CACH, au congrès de l’AFDC de Bahati, l’Udps Kabund prédit le nouveau vent, prédit le Potentiel.

Pour mon confrère, la survie de la coalition FCC-CACH devient impossible ou sinon relève du miracle. Il s’agit d’une coalition qui doit se préparer à laisser la place à une nouvelle classe politique qui travaillera pour l’intérêt général, a lâché Jean-Marc Kabund.

Dans cette nouvelle requalification politique des patriotes engagés derrière le chef de l’État au sein de l’Union sacrée de la nation, il va falloir compter avec l’AFDC-A de Bahati Lukwebo. Et la fin du dédoublement a sonné. La prédiction du président a.i du parti présidentiel est à prendre au sérieux. « Maintenant que les choses se dessinent clairement, l’AFDC aura une issue très bientôt », a déclaré Jean Marc Kabund.

Et comme le pensent bon nombre d’observateurs, écrit le journal de l’avenue Bas Congo à Kinshasa, la dislocation de la coalition gouvernementale a certainement atteint le point de non-retour. Tous les ingrédients étaient réunis.

La fermeté du chef de l’État à ne pas reculer face aux sirènes de violation constitutionnelle dans les nominations à la Haute cour, suivie de l’indélicatesse des animateurs institutionnels du FCC dans l’organisation et la participation à la cérémonie de prestation de serment des juges de la Cour constitutionnelle ont scellé la fin d’une coalition gouvernementale caractérisée par des tensions et un manque criant de franchise politique.

Une sélection de la rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *