A la Une des journaux congolais : Fin des consultations présidentielles, le peuple attend la rupture promise !

A moins d’un changement de dernière minute, écrit le web journal lessentielrdc.info, les consultations initiées le 02 novembre 2020 par le chef de l’Etat finissent ce mardi 24 novembre 2020 au Palais de la Nation à Kinshasa. C’est du moins ce que l’on apprend des sources proches du dossier.

Hier lundi, le chef de l’Etat a reçu les membres de 26 assemblées provinciales de la RDC.

Mais quelles issues possibles pour ces longues consultations qui se déroulent dans un climat toujours délétère. En attendant la réponse du chef de l’État, c’est comme si la vie s’est arrêtée : le Conseil des ministres ne siège plus depuis plus d’un mois.

La dernière réunion du Conseil des ministres – soit la 53ème de l’ère Fatshi a eu lieu le 16 du mois dernier. Depuis, plus rien. Car, la 54ème rencontre des membres de l’Exécutif national, initialement prévue le 23 octobre, avait été renvoyée sine die, suite à une décision du Chef de l’Etat qui annonçait le même vendredi, son adresse à la nation.

Suite à l’absence de collaboration, au stade actuel de la situation politique, tout laisse à penser qu’aussi longtemps que la grand’messe du Palais de la nation n’aura pas fini, aucune réunion du Conseil des ministres ne sera convoquée !

D’ores et déjà, cette hypothèse pousse nombre d’analystes à poser la question de savoir si ces consultations consacraient quelque peu une sorte de mise à mort du Gouvernement Ilunkamba.

Cependant au parti présidentiel, renchérit Forum des As, on ne jure que par la fin de la coalition FCC-CACH, au profit d’un nouveau deal élargi à d’autres acteurs socio-politiques du pays.

D’où, le sens d’une ” Union sacrée” que Félix Tshisekedi a donné à ses consultations, visiblement de toutes les couches sociales.Tout le problème est que la plupart des invités du Chef de l’État ont donné l’impression de n’avoir pas compris l’objet de ces consultations.

Pour preuve, certains ont même déclaré, au sortir de leurs entretiens avec Félix Tshisekedi d’avoir remis leur “mémos”. Bon sang. Ceci expliquant cela.

Au regard du très grand nombre de personnes reçues, Félix Tshisekedi aura donc besoin d’un peu plus de temps pour faire la synthèse. En cette période très particulière marquant le début de festivités de fin d’année, les Congolais ont donc leur regard tourné vers le Palais de la nation.

Et n’importe quelle décision que prendra Félix Tshisekedi sera considéré comme le bon ou mauvais cadeau de Noël qui offrira à ses compatriotes. De ce point de vue, d’aucuns pensent que le président de la République affronte, dès lors une rude épreuve de choix.

Comme pour enfoncer le clou, Le Potentiel martèle : Tshisekedi , le peuple attend la rupture.

Pour le quotidien de l’avenue Bas Congo à Kinshasa, la tâche qui attend le chef de l’État est immense. Maintenant qu’il a une vision panoramique de l’ensemble de la République, puisqu’ayant consulté presque toutes les couches sociales, il lui revient de prendre des décisions courageuses. Il n’aura plus d’excuses puisqu’il a entre ses mains les munitions qui lui permettent d’abattre le gibier ou de tirer à terre.

Mais surtout, Félix Tshisekedi devra garder à cœur que les espoirs de tout un peuple sont fondés sur l’issue de ses consultations qui, en principe, doivent amorcer la rupture avec une gestion qui a longtemps écarté les intérêts de la population. Va-t-il décevoir ce peuple pour qui il a juré de donner toute son énergie et même sa vie ?

En se donnant un temps raisonnable pour compiler différentes suggestions qui lui ont été faites avant de prendre des décisions, le président de la République se souviendra de cet extrait de son discours du 23 octobre, qui ressemble au renouvellement de son serment présidentiel :

« En tant que chef de l’État, représentant de la Nation et symbole de l’unité nationale,

J’assure par mon arbitrage, en vertu de l’article 69 de la Constitution, “le fonctionnement régulier des pouvoirs publics et des institutions ainsi que la continuité de l’État”.

Je réitère l’engagement de mon serment de ne jamais faillir à cette mission sacrée et de ne jamais trahir le Congo.

Je ne laisserai aucun engagement politique de quelle que nature que ce soit primer sur mes prérogatives constitutionnelles  et sur l’intérêt supérieur du peuple congolais.

Je ne transigerais avec les intérêts supérieurs de la Nation.

Je ne céderai jamais la moindre portion de notre souveraineté nationale.

Je ne ménagerai aucun effort pour préserver la paix et l’unité nationale.

Eu égard à ce qui précède,  et considérant que “le salut du peuple est la loi suprême”,

J’ai décidé d’entamer dès la semaine prochaine, une série des contacts visant à consulter les leaders politiques et sociaux  les plus représentatifs,  afin de recueillir  leurs opinions,  à l’effet de créer une union sacrée de la Nation autour des objectifs précités ».

Une sélection de la Rédaction de L’Essentiel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *