A la Une des journaux congolais : Appel à la rupture FCC-CACH après les consultations nationales

En marge des consultations nationales entamées le lundi 2 novembre au Palais de la Nation, les évêques membres de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) ont adressé au chef de l’État, Félix-Antoine Tshisekedi, lundi 9 novembre, un mémo dans lequel, ils lui font comprendre que le peuple souverain primaire attend de présentes consultations des résultats qui donnent des indications claires d’un nouveau système de gouvernance qui le mettrait au centre des préoccupations des acteurs politiques.

À leurs yeux, écrit Le Potentiel, la solution de l’Union sacrée de la nation sur laquelle le chef de l’État a engagé la nation ne serait salvatrice que si les parties prenantes s’accordent, avant toute autre considération, à servir la population qui se sent aujourd’hui abandonnée.

Pour ce qui est de la résolution de la crise, les évêques proposent deux axes de règlement du conflit : l’axe politique qui porte sur l’évaluation de la coalition et l’axe électoral qui appelle les réformes nécessaires en vue de redonner au peuple la confiance au prochain processus électoral en vue de la mise en place des institutions fortes de légitimité pouvant rapidement booster le décollage d’un véritable État de droit.

Par rapport à l’axe politique, les évêques membres de la CENCO préconisent une solution politique respectueuse du peuple congolais. Raison pour laquelle, ils exhortent le chef de l’État à évaluer sérieusement le contenu de l’accord qui régule la coalition et le fonctionnement de celle-ci pour voir s’il y a possibilité d’une révolution à l’interne. « Au cas contraire, proposent-ils au chef de l’État, en tant que garant de la nation, il vous revient d’assumer vos responsabilités et prendre, en âme et conscience, devant Dieu et la nation, la décision qui convient en vertu de l’article 69 de la Constitution ». Car, pour les prélats catholiques, le service du bien-être du peuple, la vérité, la justice et la paix font partie des valeurs fondamentales, incontournables que tout homme sensé ne doit pas profaner.

En ce qui concerne l’axe électoral, les évêques préconisent des réformes devant consolider l’appareil électoral. La CENCO insiste avant tout sur la dépolitisation et le renforcement de l’indépendance des membres du bureau de la CENI. D’autre part, elle recommande des réformes consensuelles réalistes de la loi électorale.

Coulant dans la même veine, Forum des As indique Le Chef de l’Etat a reçu hier lundi 9 novembre, au huitième jour des consultations nationales, les Evêques membres de la Conférence épiscopale nationale du Congo. A l’occasion, les prélats catholiques ont remis au Président de la République, leur mémo, dans lequel ils lui rappellent « les principes qui doivent être préservés à tout prix et être pris en compte dans la recherche d’une solution politique appropriée ».Ils sont sept en tout. Et le premier d’entre ces principes, c’est « le primat du bien-être de la population sur toute autre considération politique ».Aux yeux de ces pères spirituels, « aucun compromis politique ne peut être au-dessus de l’exigence, pour le pouvoir politique, de tout mettre en œuvre en vue d’assurer le bien-être de la population ». Les 6 autres principes sont : « le respect de la Constitution, la sécurité nationale, l’intégrité territoriale, la stabilité de l’Etat et des institutions, la paix sociale, l’Etat de droit et la démocratie ».Dans le même document, les prélats catholiques, convaincus que l’on ne pourra pas attendre la reconstruction du pays avec la dynamique actuelle de la coalition, exhortent le Chef de l’Etat « d’évaluer sérieusement le contenu de l’Accord qui régule la coalition et le fonctionnement de celle-ci pour voir s’il y a possibilité d’une révolution à l’interne ». Au cas contraire, ils conseillent à Félix Tshisekedi en tant que garant de la nation, « d’assumer ses responsabilités et prendre, en âme et conscience, devant Dieu et la Nation, la décision qui convient en vertu de l’article 69 de la Constitution. »Lire ci-dessous, l’intégralité du mémorandum de la CENCO à l’occasion des consultations nationales initiées par le Président Félix Tshisekedi.

Face à cette démarche, note La Prospérité, le leader de Nouvel Elan et membre de la plateforme Lamuka, Adolphe Muzito, livrera sa position dans les jours qui viennent. Dans un tweet de Steve Kivwata, c’est à la demande de la base militante de Kinshasa et du Grand Bandundu que l’ancien Premier ministre sera en dialogue vertical d’abord ce samedi 15 Novembre 2020 à 12h30′ à Tshangu, ensuite à la fin du mois au Grand Bandundu, à Idiofa et Kikwit.Signalons que Adolphe Muzito n’était pas de la partie au Palais de la Nation lors de l’échange entre le chef de l’Etat et les anciens Premiers ministres dans le cadre des Consultations, le week-end dernier.

, le leader de Nouvel Elan et membre de la plateforme Lamuka, Adolphe Muzito, livrera sa position dans les jours qui viennent. Dans un tweet de Steve Kivwata, c’est à la demande de la base militante de Kinshasa et du Grand Bandundu que l’ancien Premier ministre sera en dialogue vertical d’abord ce samedi 15 Novembre 2020 à 12h30′ à Tshangu, ensuite à la fin du mois au Grand Bandundu, à Idiofa et Kikwit.

Signalons que Adolphe Muzito n’était pas de la partie au Palais de la Nation lors de l’échange entre le chef de l’Etat et les anciens Premiers ministres dans le cadre des Consultations, le week-end dernier.

Une sélection de la Rédaction de L’Essentiel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *