A la Une de la presse nationale: rencontre Tshisekedi-Kabila

D’entrée de jeu le web journal lessentielrdc.info indique qu’enfin, l’ancien président de la République de la RDC et l’actuel se sont rencontrés dimanche 20 septembre 2020 dans la commune de la N’sele à Kinshasa, deux mois après leur dernière rencontre de juillet 2020.

Pendant que l’opinion nationale attendait les résultats de ce nouveau face à face, les deux personnalités se sont décidés de ne rien laisser filtré de leur entretien. Un véritable blackout informationnel.

Mais de quoi ces deux personnalités se sont-elles dites? s’interroge le web journal lessentielrdc.info. Sûrement qu’elles ont placé le curseur sur des sujets qui fâchent. Il s’agit notamment de partage portefeuille ministériel, le contrôle de la Justice et de la Défense, la réforme électorale et du renouvellement du bureau de la Commission électorale nationale Indépendante, CENI, la controverse sur les ordonnances du 17 juillet dernier portant nominations au sein de l’armée et de la magistrature, rapporte une source proche du dossier.

Coulant dans la même veine, Forum des As note que ce face-à-face survient après moult difficultés rencontrées au niveau du comité de suivi de l’Accord FCC-CACH.

Les échanges entre les délégués de ces deux plateformes butent sur un ensemble de questions, rapporte une source proche du dossier. Il s’agit, d’après cette source, de nouvelles prétentions du CACH quant au partage des responsabilités au sein du Gouvernement.

Pour mon confrère Forum des As, le camp du Président Tshisekedi exigerait du 50/50, c’est-à-dire le partage à part égale du portefeuille ministériel. D’après cette source, le bloc Tshisekedi aimerait prendre le contrôle de la Justice et de la Défense.

Ce à quoi le FCC opposerait le partage initial, en brandissant, au passage, le poids de chaque famille politique au niveau de l’Assemblée nationale. Nos sources indiquent aussi que le FCC attend toujours que le camp présidentiel donne suite à sa proposition de nomination du nouveau VPM en charge de la Justice et Garde des Sceaux.

Outre la question du Gouvernement annoncé, le dossier explosif de la réforme électorale et du renouvellement du bureau de la Commission électorale nationale Indépendante (CENI), divise les deux coalisés. Arriveraient-ils à trouver un terrain d’entente ? s’interroge Forum des As.

La même question vaut aussi pour la controverse sur les ordonnances du 17 juillet dernier portant nominations au sein de l’armée et de la magistrature. Pour rappel, la dernière rencontre de ces deux hommes remonte au mois de juillet. 

Le Potentiel de renchérir, des analyses penchent vers la volonté de jouer à l’apaisement des tensions qui minent la coalition (FCC-CACH). Et ces questions qui divisent les deux camps sont nombreuses, notamment les réformes électorales, l’entérinement de Ronsard Malonda à la tête de la Commission électorale nationale électorale (Céni), sans oublier les propositions de lois Minaku, les révocations-nominations au sein de la Cour constitutionnelle, les nominations au sein de l’armée et la police et, actuellement, la controverse qui enfle sur les prérogatives du ministère de l’Intérieur de procéder (ou pas) à des mises en place provisoires au sein de la territoriale…

Le froid qui a impacté les relations entre les deux personnalités devrait laisser la place à des discussions permanentes. Entre les deux personnalités, le ton était bien donné, avec des visites impromptues et improvisées au départ, puis des rencontres programmées, et puis plus rien. Sinon, des demandes de rencontre via des envoyés spéciaux ou des diplomates.

Dans tous les cas, les rencontres entre Félix Tshisekedi, président de la République, et Joseph Kabila, son prédécesseur, ont toujours donné le ton aux grands débats qui les divisent au travers de leurs caciques au sein de la coalition au pouvoir.

Après un long moment de jeu de cache-cache, ces deux hautes personnalités du pays s’accordent-elles finalement pour calmer le jeu et mettre la case, RDC, à l’abri d’un feu assassin ? La réunion dominicale entre Tshisekedi et Kabila a planché certainement sur le futur remaniement et les nominations au sein des entreprises publiques, croit-on.

Mon confrère craint que c’est par l’entremise des diserts réputés de leurs camps respectifs que tout va très vite se dévoiler, c’est-à-dire le tempo, le rythme, le ton, pour la suite avec surtout une rentrée parlementaire annoncée comme celle de tous les enjeux, restent ainsi dépendant des vérités que Tshisekedi et Kabila se sont dites. La session de septembre qui s’est ouverte le 15 septembre, risque de voir la majorité au pouvoir se déchirer si ces questions qui fâchent ne sont pas résolues.

S’il faut rester dans la dynamique d’une coalition pour toute la législature, la rencontre très attendue de la N’Sele tombe ainsi à pic afin de colmater les brèches d’un navire qui sombre et où les acteurs plutôt que de gérer la situation, s’enfoncent dans une méfiance réciproque.

Tshisekedi-Kabila, dimanche, si c’est la posture républicaine qui est mise en évidence entre les deux personnalités, l’incidence positive sera directe au sein de la coalition où des combines et intérêts partisans des groupes politiques devront s’effacer dans l’optique notamment de maintenir le gouvernail FCC-CACH dans la bonne direction.

Mais il y a à se demander sur les concessions faites avec notamment l’évolution des discussions politiques sur les réformes électorales. Le soutien exprimé de Jean-Pierre Bemba, un des leaders de Lamuka, à l’initiative du G13, donne un autre tournant, tout comme la position de la CENCO.

Pour rappel, la dernière rencontre entre l’ancien et le nouveau président de la République démocratique du Congo remonte à juillet dernier.

Une sélection de la Rédaction de l’Essentiel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *